Architecture
jeudi 17 mai 2018

Le bois vise toujours plus haut

Les constructions en bois sont de plus en plus fréquentes. Selon le groupe de construction Eiffage : « Le bois est un matériau d’avenir. S’il représente 3% d’activité d’une entreprise comme la nôtre aujourd’hui, on pourra arriver à 10-15% à terme ».
Partager

Face à cet engouement pour ce matériau naturel, beaucoup s’interrogent sur des questions de résistance au feu, de protection thermique, d’acoustique ainsi que de stabilité de l’immeuble. C’est la raison pour laquelle ce matériau coexiste bien souvent avec le béton et l’acier, pour des raisons techniques et économiques. Le bois n’étant pas le plus résistant à l’eau, les fondations, le sous-sol et le rez-de-chaussée nécessitent l’utilisation du béton. C’est notamment le cas de la tour Hyperion à Bordeaux, où les trois premiers étages ont été réalisé en béton. Le CTL (bois de lamellé-croisé) est lui aussi un matériau en progression et reconnu pour ses performances thermiques et acoustiques.

Cependant, le secteur de la construction en bois a fait les frais de la crise du BTP. Selon une enquête publiée en juin 2017 par l’observatoire économique France Bois Forêt, son chiffre d’affaires a chuté de 11% entre 2014 et 2016. Il atteint actuellement 8% de la construction en France, et seulement 3% dans les logements collectifs, principalement constitués de 3 étages au maximum.

C’est dans la ville de Strasbourg que l’on trouve la plus haute tour réalisée entièrement en bois : 38 mètres et 11 étages, destinés à des logements. À Bordeaux, “Hyperion” (57 mètres) et “Silva” (50 mètres) sont aussi concurrentes, à un détail près, les fondations et le noyau de l’immeuble sont en béton. Mais ce ne sont pas les seules villes qui franchissent le cap de ce matériau écolo, Paris, Nice, Angers, se mettent elles aussi au “vert”.

Tandis qu’au Japon, une compagnie japonaise a récemment fait part de sa volonté de construire une tour en bois de 70 étages, soit 350 mètres, constitués à 90% de bois et 10% de métal. Pour apercevoir la construction finalisée, il faudra attendre 2041.

Vue de la tour japonaise W350 - © Sumitomo Forestry

Partager

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs en savoir plus

Accepter